Participez au débat d'orientations budgétaires

Le budget primitif de la ville pour 2014 sera soumis au vote du conseil municipal mardi 17 décembre. Pour informer les habitants et en débattre, Jean-Marc Nicolle, 1er maire adjoint, chargé des finances, a présenté les orientations budgétaires de la ville lors des conseils de quartier et du conseil municipal de novembre. Dates des prochains conseils de quartier.

La structure budgétaire

Le budget. Le budget est d’environ 37 millions d’euros pour la section fonctionnement. Les communes ayant l'obligation de présenter un budget équilibré (à la différence de l'Etat, qui peut, lui, afficher un déficit), cela signifie qu'il y a 37 millions de recettes pour 37 millions de dépenses, pour une ville de 26 000 habitants. La section investissements, quant à elle, est de 12 millions d’euros.

La dette. La dette résulte d’emprunts contractés pour investir, par exemple pour la construction de la médiathèque ou l'amélioration du cadre de vie (travaux dans une école, un square…). La dette totale de la ville est de 30 millions d’euros (à comparer avec 40 millions en 2001, soit une baisse de 24,9 % en 12 ans). Elle est contractée à des taux fixes (60%) et variables (capés, sans risques), le taux moyen étant de 3,43%.

Les recettes. Les recettes de la ville proviennent pour une moitié (environ) de la fiscalité locale (taxe d’habitation et taxe foncière) et, pour l’autre, principalement des dotations d’Etat, mais aussi de la Région, du Département, de la CAF (pour la politique familiale, envers les enfants et les jeunes), et des reversements de la Communauté d’agglomération de Val de Bièvre (qui collecte l’impôt sur les entreprises du territoire du Val de Bièvre et en reverse une partie aux communes).

Les dépenses. Les dépenses consistent, pour 60%, en la masse salariale (500 agents, plus environ 200 personnes, principalement des vacataires qui perçoivent une rémunération parfois de quelques heures : animateurs pendant le temps de la restauration, enseignants pendant le temps de l'étude…). Le reste des dépenses concerne principalement les charges courantes, ce qu'on appelle le “panier du maire”, par analogie au “panier de la ménagère” (eau, électricité, carburant, entretien des bâtiment publics, des parcs, propreté urbaine…). (Lire aussi ci-dessous.)

Les orientations budgétaires

Des dépenses maîtrisées. La maîtrise des dépenses et le désendettement sont indispensables pour avoir des marges budgétaires qui permettent de répondre aux attentes des habitants.

Une ville au service des habitants. La Ville poursuit la mise en place de l’e-administration (démarches, factures… effectuées en ligne), qui permet de réduire les coûts et de faciliter la vie des habitants. Elle adapte et renforce ses services en direction des Kremlinois.

Des investissements pour améliorer la qualité de vie. Parmi les investissements : la rénovation des espaces extérieurs des Bergonié, le remplacement de la chaufferie du gymnase Jacques-Ducasse, pour une meilleure économie d'énergie, le développement de la vidéo-protection pour améliorer la tranquillité dans la ville…

Le maintien des taux de la fiscalité locale. La maîtrise du budget permet à la Ville de proposer au conseil municipal du 17 décembre le maintien des taux de la taxe d’habitation (13,96%, identique depuis 2005) et de la taxe foncière (23,2%, identique depuis 2008).

Bon à savoir
L’importance de la masse salariale de la commune s’explique par le fait que la plupart des services aux habitants sont en régie municipale. Par exemple, la restauration scolaire est réalisée, de la commande des ingrédients au service à table, en passant par la confection des menus et des repas, par des agents municipaux. Cela permet de maîtriser les coûts (la ville de dépend pas de la politique tarifaire des entreprises prestataires, qui n'est pas de son ressort) et la qualité du service.

Concertation
L’Observatoire des engagements (2010-2014)
Dans les quartiers

Le kiosque